Corbery Loïc © Stéphane Lavoué

Artiste

Loïc Corbery

Biographie

C’est à l’âge de six ans que Loïc Corbery fait ses premiers pas comme comédien devant la caméra d’Agnès Varda qu’il rencontre par hasard à Avignon, ville dans laquelle il a grandi, alors qu’elle y tourne un court métrage. Sa passion du jeu l’amène à multiplier les expériences dans le théâtre amateur, avant de se former au Cours Périmony puis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, dans les classes de Stuart Seide et de Jacques Lassalle. À sa sortie du Conservatoire en 2000, ce dernier le distribue dans le rôle du Petit Moine dans  La Vie de Galiléede Brecht ainsi que dans L'École de danse de Goldoni puis dans Loin de Corpus Christi de Christophe Pellet. Pour sa part, Stuart Seide lui confie le rôle de César d’Antoine et Cléopâtre de Shakespeare en 2004, et il est remarqué cette même année dans Le Jour du destin de Michel Del Castillo mis en scène par Jean-Marie Besset et Gilbert Desveaux. 

Le 17 janvier 2005, Loïc Corbery entre dans la troupe de la Comédie-Française dont il devient le 519e sociétaire le 1er janvier 2010. Il y interprète dès ses débuts des rôles majeurs du Répertoire, associés au registre de jeune premier, qu’il s’agisse de Cléante dans Le Malade imaginaire de Molière mis en scène par Claude Stratz, Dorante dans Le Menteur de Corneille par Jean-Louis Benoit, Petruchio dans La Mégère apprivoisée de Shakespeare par Oskaras Koršunovas, Cléante dans L’Avare de Molière par Catherine Hiegel. Il est Christian pour Denis Podalydès dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand – rôle qu’il avait déjà interprété pour Jacques Weber avant son entrée dans la Troupe. Yves Beaunesne lui confie celui de Perdican dans On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset, Anne Kesler celui du Prince de La Double Inconstance de Marivaux tandis que Jean-Pierre Vincent le distribue dans le rôle-titre de Dom Juan de Molière et Robert Carsen lui fait jouer Ferdinand dans La Tempête de Shakespeare. Pour CLément Hervieux-Léger, qui le considère comme son « alter ego de théâtre », il est successivement Dorante dans La Critique de l’École des femmes au Studio-Théâtre et Alceste dans Le Misanthrope de Molière (il jouait Clitandre dans la mise en scène de la pièce par Lukas Hemleb en 2006) puis Rosimond dans Le Petit-Maître corrigé de Marivaux, Salle Richelieu.  Il joue également dans ses mises en scène programmées hors Comédie-Française, incarnant Lucidor dans L'Épreuve de Marivaux, en 2012, puis Louis dans Le Pays lointain de Jean-Luc Lagarce, spectacle créé en 2017 au Théâtre national de Strasbourg et repris à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Loïc Corbery travaille aussi sous les directions d’Ivo van Hove dans Les Damnés d’après le scénario de Luchino Visconti, spectacle qui ouvre le Festival d’Avignon 2015 dans la Cour d’honneur du Palais des papes. Il le distribue également dans Électre / Oreste d'Euripide. On le retrouve dans de nombreuses pièces de Shakespeare, notamment Les Joyeuses Commères de Windsor par Andrés Lima,  Troïlus et Cressida par Jean-Yves Ruf, La Tragédie d'Hamlet par Dan Jemmett – metteur en scène qui l’avait déjà dirigé dans La Grande Magie d'Eduardo De Filippo. Robert Wilson le distribue dans ses Fables de La Fontaine, Gérard Desarthe dans Les Estivantsde Gorki, Alfredo Arias dans Les Oiseaux d’Aristophane, Galin Stoev dans Douce vengeance et autres sketches de Hanokh Levin ou encore Guillaume Gallienne dans Sur la grand-route de Tchekhov. La direction artistique de l'hommage à Molière Salle Richelieu lui est confiée en 2009. 
En 2018 Emmanuel Daumas lui confie le rôle d'Arlequin dans L’Heureux Stratagème de Marivaux. L'année suivante, il crée dans le cadre des Singulis,  (Hamlet, à part) d’après Shakespeare. Loïc Corbery mène en parallèle une carrière d’acteur au cinéma et à la télévision, tournant sous les directions de Wim Wenders dans Submergence, de Paul Calori et Kostia Testut dans Sur quel pied danser ainsi que sous celles d’Arnaud Desplechin dans  La Forêt d’après la pièce d’Alexandre Ostrovski et de Vincent Macaigne dans Dom Juan & Sganarelle, deux films de la collection « La Comédie-Française fait son cinéma ». Il tourne également pour Francis Girod (Terminale), Delphine de Vigan (À coup sûr) ou Lucas Belvaux dans Pas son genre – film qui lui vaut le Swann d’Or du meilleur acteur au Festival du film de Cabourg 2014. En 2019-2020, il joue dans La Vie de Galilée de Bertolt Brecht par Éric Ruf et la reprise d'Électre/Oreste par Ivo van Hove Salle Richelieu