Mateo Askaripour

La condition noire

Après une édition consacrée à l’Afrique, marquée par la présence de Felwin Sarr et de Leonora Miano, une autre dédiée aux minorités aux États-Unis avec Brit Bennett et Ayana Mathis, puis une rencontre-événément entre Alain Mabanckou et Thomas Williams Chatterton l’an passé, le festival poursuit sa réflexion sur la condition noire, avec une lecture de Joan Didion sur l’affaire des Cinq de Central Park, un hommage à Rosa Parks et des rencontres avec des écrivains venus des États-Unis, d’Afrique et d’Europe...

Il est de la nouvelle génération des écrivains noirs américains et son premier roman Buck & moi, inspiré de son expérience professionnelle, a figuré sur la liste des meilleures ventes du New York Times ! Mateo Askaripour fera sa première apparition publique en France au Marathon des mots – et c’est un bonheur de le recevoir pour échanger avec lui sur son livre, en compagnie de l’écrivain italien Antonio Dikele Distefano, et de l’entendre rendre hommage à l’un de ses écrivains préférés : James Baldwin.